Comment définir le prix des produits?

pot a glace

Comment définir le prix des produits?

Voici un nouveau sujet sur les dessous de l’entreprise

Le prix de vente d’un produit ne se fixe pas comme ça, à la va-vite. Enfin, je ne vous conseille pas de faire ainsi, si vous voulez réussir et développer votre entreprise. C’est même à éviter haha. Le prix de vente dépend de plusieurs facteurs tels que : le prix d’achat de la matière première, celui de l’emballage, de l’expédition, le temps passé, les tarifs de la concurrence, le facteur géographique et les prix pratiqués en local, la main d’œuvre, etc.

Ce qu’il faut prendre en compte pour définir son prix de vente

Le prix d’achat

Le prix d’achat est bien sûr le premier élément à regarder quand on fixe un prix de revente. Je ne vais pas vendre 10 gobelets à 6€ si je les ai achetés 6€…logique ! La règle de base dans le commerce: vendre au moins à x3 pour être rentable. Je vous l’accorde, ceci n’est pas tout le temps faisable surtout quand on voit le prix des concurrents 50% moins cher que vos prix. Il faut donc trouver un juste milieu et se rattraper sur un autre produit.

L’emballage

Il faut tenir compte de l’emballage apporté à la commande. On se fait une moyenne tarifaire avec tout ce que cela implique : papier de soie, carton d’expédition, flyer, carte de visite, petit cadeau.

L’expédition

Il existe deux solutions pour intégrer le prix des livraisons : soit on répercute une partie de nos frais d’expédition dans le prix de revente, soit non. Mais dans ce cas, les frais de port proposés sur le site sont élevés, ce qui peut freiner certains clients. Mais d’autres, au contraire, sont conscients des prix excessifs de livraison de la Poste (et des autres transporteurs aussi d’ailleurs) et préfèrent payer le vrai prix de livraison plutôt que de se demander ce que comporte le prix global.

Les pratiques de la concurrence

C’est la triste réalité des choses, mais on est dans l’obligation de vérifier les prix des concurrents. C’est ce qu’on appelle la veille concurrentielle. Nous ne pouvons pas proposer des prix trop au-dessus ou en dessous de la concurrence. Si nous sommes trop chères, on ne réussira pas à vendre et à se démarquer, mais si on est trop en dessous, nous ne serons pas assez crédibles. On ne fait pas du copier-coller concernant les prix, mais cela nous permet de déterminer une fourchette à se fixer.

Le temps passé

Voilà le gros Hic pour nous ! Vous vous doutez bien que vu nos prix et vu le temps qu’on passe sur chaque commande, on ne facture pas le temps réel travaillé, sinon ma foi je serai milliardaire (LOL) ! Notre entreprise reste tout de même une passion. Je facture de plus en plus certaines choses qui nécessitent du temps de travail supplémentaire, mais il est vrai (et désolant pour nos proches) qu’on ne facture pas assez le temps de travail que nous passons sur la fabrication de nos produits. Après tout ça, nous devons aussi prendre en compte … (roulement de tambour -le pire pour la fin – les travailleurs déclarés comprendront et les autres non haha) :

Les frais obligatoires

La TVA à 20% qu’on vous facture sur chaque produit et qui ne nous revient pas. Je ne vais pas vous faire un cours d’économie, mais vous savez que la TVA, on la reverse à l’ÉTAT! Et cela, tous les mois ! Ensuite, lorsque vous payez par Carte bleue ou PayPal, ces plateformes nous prennent des commissions selon le montant de votre achat, le type de carte utilisée, etc. Ces frais peuvent monter jusqu’à 8% pour certaines transactions. Ce qui est énorme. Mais encore une fois, nous n’avons pas le choix ! Quand vous passez commande – vous payez le montant de votre commande. Ce montant, avant que nous puissions en toucher une partie et aller faire les boutiques (LOL), nous devons:
– Payer le local
– Reverser la TVA
– Payer les factures courantes : assurance local, Internet, frais bancaires, webmaster, comptable, salaire apprentie, Urssaf, taxes ponctuelles telles que la CFE, etc.
– Payer les taxes liées à notre régime social. Et oui, vu que je suis à mon compte, je dois verser 45% de mon salaire environ à l’État, sympa non ?! Donc cet argent que je dois reverser quand je me verse un salaire, je dois aussi le programmer. Ensuite, et s’il reste quelque chose, on se reverse un salaire. (Youpiiiiii – après 150 commandes réalisées et taxation de gauche et de droite, je peux me verser 10 € ! Je plaisante bien sûr).

L’envers du décor

Donc s’il vous plaît, ne dites plus jamais à une créatrice « vous êtes trop chère » ou « pourquoi elle est moins chère que vous? » avant de savoir ce qui se passe derrière… Peut-être tout simplement que la personne avec qui vous comparez le prix et qui est moins chère n’est tout simplement pas déclarée (voilà ça s’est dit) ou qu’elle a un statut qui lui permet de faire des prix bas, car elle n’a pas autant de taxes que quand on a une société. Voilà j’espère que tout cela vous a intéressé et fait découvrir l’envers du décor. Savoir les dessous d’une entreprise, on en parle peu et on est peu formé sur le sujet. J’ai eu de la chance et j’ai de la chance chaque jour d’être conseillée par des professionnels, ma comptable, ou des personnes ayant de l’expérience en tant que gérant d’entreprise. Comme Claire de @mybbshowershop qui nous a beaucoup aidés. D’ailleurs, elle propose une formation commerciale où elle aborde en toute transparence ces côtés d’une entreprise que vous ne voyez pas forcément.

N’hésitez pas à vous renseigner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *